Leclaireur Faith Connexion Header

FAITH CONNEXION Trop ? Jamais Assez

Faith Connexion s’est emparé d’une célèbre maxime et en a fait l’étendard de sa collection Automne/Hiver 2017, avec des silhouettes aux mille références, couleurs, genres différents… Le feu d’artifice est mod-esque et irrévérencieux, alliant avec poigne les influences de ces 30 dernières années – du disco au grunge, du punk à la pop-idol. Les silhouettes appellent les feux de la rampe, crient au scandale, à l’amusement décomplexé, à la vie douze-mille-voltée.

Faith Connexion article 01 Faith Connexion article 02

« Too much is never enough » ? A coups de graffitis rose, d’étoffes léopard trouées, élimées et de drapeaux oversize qui se mélangent, les forces s’émulent, et le regard est fier. Tout est sous contrôle. Depuis 2004, Faith Connexion se nourrit d’influences, d’esthétiques multiples, à l’image de cette tribu de créatifs à l’origine des collections, dirigée par l’ancien directeur artistique de Balmain, Christophe Decarnin. Chaque saison, le collectif mélange un peu plus le streetwear, le punk et le militaire, le glam tout en dorures avec le sage de pièces plus formelles.

Faith Connexion article 03 new Faith Connexion article 04

Les fourrures jaune poussin frayent avec des écharpes sportswear, un legging en cuir et des chaussures à plateforme, tandis qu’un borsalino vient compléter la silhouette, l’unifier, étrangement. Le perfecto se porte clouté jusqu’à la démesure ; le manteau, deux tailles au-dessus. On associe le zèbre, les carreaux, le turquoise, le rouge et le blanc, une veste militaire et un haut transparent.

Faith Connexion article 05

Fers de lance de la collection, les pantalons de costume – à motifs prince de galles, kaki ou à sequins – gagnent en cool attitude avec leurs bandes latérales Kappa, fruit de la collaboration entre la marque française et la marque de sportswear italienne, et symbole d’une époque où le mélange des genres tend à devenir la norme.


Faith Connexion transverse les époques jusqu’au devant de la scène, en plein 21ème siècle, chez Leclaireur Boissy d'Anglas.