Philippe Hiquily Onirisme forgé

La sculpture sur métal et l’utilisation de matériaux de récupération, au service d’une esthétique surréaliste et onirique.


Né à Paris en 1925, Philippe Hiquily est un sculpteur et designer français. Il s’engage dans la Résistance à l’âge de 18 ans, au côté de son père, puis dans la division Leclerc, direction l'Indochine. A son retour à Paris, il apprend la sculpture aux Beaux-Arts, et y fréquente les ateliers de Jean Tinguely et Germaine Richier. Il quitte l’école en 1953, le Prix de Sculpture en poche.

Il expose ses oeuvres pour la première fois à la galerie Palmes à Paris en 1955, et à New York en 1959. Là-bas, il rencontre Léo Castelli, Rauschenberg, grâce auquel son talent rencontrera le succès, gagnant même les faveurs du MOMA et du Guggenheim. Il entreprend de créer des pièces de mobilier à partir des années 60, travaillées dans des matériaux qui, parce qu’il en étire les formes et la matière, gagnent en légèreté.

Dès les années 1980, on trouve dans les oeuvres de Hiquily l'influence de l’Américain Alexander Calder. L’artiste, explorant la question de l’équilibre et du mouvement, intègre dans ses œuvres des moteurs électriques, insufflant par là-même une nouvelle dimension à la conception traditionnelle de la sculpture.