SHIGOTO PROJECT — Episode 1/2

Shigoto. Shi-go-to. Le mot lui-même se prononce à son propre rythme, glisse sur la langue comme le roulement d’un tambour. Une introduction en grande pompe, et plus que méritée, pour ce projet singulier.

A partir d’un vêtement classique, et de son extrême simplicité, LECLAIREUR a offert une carte blanche à 15 créateurs, sans contrainte ni astreinte commerciale. SHIGOTO PROJECT, naturellement, est devenu une plateforme de création à part entière. Chaque designer s’est vu donné la possibilité d’exprimer ici sa propre interprétation de ce qui demeure, sans doute, le vêtement d’extérieur par excellence, la veste Shigoto.

Video réalisée par Bauer & Gaubert-Verrier / STUDIO JUNGLE.
Direction créative : La Frenchy (Mary-Noelle Dana, Michael Hadida, Dara Lynn Schlissel) & STUDIO JUNGLE for LECLAIREUR
Coiffure & Maquillage : Maeva Coree
Mannequin : Romain (@Rockmen)
Musique : Unlive – Superpoze (Warner Chappell)

BY WALID_SHIGOTOPROJECT007

By Walid

En utilisant de la soie brodée de kimonos du 19ème siècle tout à fait uniques, la Shigoto de By Walid évoque le japon médiéval et la philosophie Shinto. Son point de vue minimaliste en matière de mouvement du vêtement transporte l’esthétique de son travail à un tout autre niveau.

Greg Lauren

Avec son suprême cache-poussière Shigoto, Greg évoque le Wild West américain, et ce à quoi le travail d’un cowboy post-moderne pourrait ressembler. La veste est faite à partir de sacs et de tentes militaires recyclés et sur-teints.
Il a récupéré des pièces métalliques militaires et imaginé une époustouflante traine extensible s’accrochant au col grâce à un oeillet. La pièce est complétée par des motifs linéaires apposés par la main-même du créateur.

MASTERCRAFT UNION_SHIGOTOPROJECT011

Mastercraft Union

La veste sac à dos de Hiroyuki Yoshikawa + Stephen Atkinson incarne à la perfection l’innovation dans le savoir-faire et le design fonctionnel. Le tissu est travaillé avec un tissus papier Washi japonais exclusif noir indigo, et il utilise une combinaison de feu, de minéral, de résine et d’eau afin d’en parfaire la texture. Agrémentée d’éléments vintage militaires décoratifs et utilitaires, la Shigoto de Yoshikawa & Atkinson évoque des images futuristes et aventureuses, à la Blade Runner.

MAURIZIO AMADEI +_SHIGOTOPROJECT016

Maurizio Amadei +

Créée à partir d’un pliage origami complexe — il n’y a aucune couture dans cette pièce — cette veste de MAURIZIO AMADEI + est une seconde peau protectrice et réconfortante.
Après une recherche dans les profondeurs des archives textiles, le créateur a choisi une double épaisseur cardée de laines mélangées de lin, venues du Japon il y a une décennie. Le tissu unique est sublimé par cette technique de construction et des détails faits-main uniques en leurs genres.

MIHARA YASUHIRO_MUSEE_SHIGOTOPROJECT012

Miharayasuhiro

Entre les mains de Yasuhiro, la Shigoto se tranforme en oiseau de toile de coton brut et de lin. Les manches brodées d’ailes, inspirées des estampes japonaises, célèbrent sa liberté créative.
La capuche et le zip font de la veste utilitaire une enveloppe cosy. Les trous, réalisés à la main puis “vieillis” ou “brûlés” un à un avec un aérographe, sont l’expression cumulée de la beauté de la nature, forcément éphémère, et de sa décomposition inévitable, un thème récurrent de la maison MIHARAYASUHIRO. Les “brûlures”, comme une invitation, nous poussent à considérer ce que le passage du temps implique aujourd’hui pour toute l’humanité.

UMA WANG COMMERCIALE_SHIGOTOPROJECT013

Uma Wang

Uma Wang juxtapose les tissus et les techniques : un jacquard riche, la confection exclusive de Lyria, avec une doublure (faussement simpliste) de soie teinte au café. Le résultat exprime avec authenticité la voix élégante et puissante de la créatrice, mêlant austérité et délicatesse dans sa vision sans compromis, tout en faisant écho aux peintures chinoises de la dynastie Song.

La musique:

Superpoze (c) Nathanne LE CORRE_9143-small

Après avoir émergé de la scène électro caennaise en un temps record, Superpoze, Gabriel Legeleux quand il fait jour, a enchaîné les étapes de sa courte carrière comme on mange les kilomètres.

Une tournée live qui l’amènera dans les plus gros festivals (des Transmusicales au Montreux Jazz Festival), des DJ-sets qui l’amènent partout en Europe, deux EPs sortis sur son propre label Combien Mille Records, un EP et une tournée avec son groupe Kuage, une collaboration avec son ami Stwo, et un maxi chez Kitsuné.

Le résultat se retrouve dans un album concis, homogène et infiniment ouvert. Opening est une petite révolution dans le “son Superpoze” : moins affilié à l’historique du beatmaking dont il a été friand pendant de longues années, ce disque marche sur des terres inexplorées : celles d’une électro extrêmement touchante, personnelle et qui ose les mélodies comme jamais auparavant.