PAUL HARNDEN – « The Dream »

« the dream »
Paul Harnden & Stuart Pitkin, 16mm, b&w, uk, 2016

Dans un nouveau court-métrage évocateur et fascinant, tourné en 16mm, le mystérieux créateur nous invite à une plongée hypnotique dans les arcanes de son imaginaire.

Devant la caméra flottante de son acolyte et photographe Stuart Pitkin, le créateur Paul Harnden intensifie le mystère qui le nimbe en mettant en scène, dans un noir et blanc saturé et inquiétant, des images tout droit sorties des zones ombreuses de notre inconscient collectif.

Screen Shot 2016-05-10 at 7.26.46 PM

Screen Shot 2016-05-10 at 7.26.58 PM

Une femme nue et alanguie sur un canapé convoque le spectre du Miroir de Tarkovsky, avant que ne se superposent d’étranges foules en marche, des nuits tout habitées de feux et de menaces, des hommes revêtus d’habits de bagnards, les croix incendiées de processions hérétiques au pied du trône d’un pape décadent que l’on imagine volontiers sorti tout droit d’un tableau de Francis Bacon (Etude d’après le portrait du pape Innocent X par Velázquez). Une mer déchaînée s’abat maintenant contre une jetée. Obscure, sibylline, ésotérique, Dream, le nouveau court-métrage de Paul Harnden, traité à la main, s’inscrit dans la digne suite de ses précédentes collaborations avec Stuart Pitkin (Pattern Mill en 2011 et Let them believe en 2014), et donne à son label et à ses créations une puissante dimension symbolique, sinon mystique. N’y est-il pas question de corps, de sacré, de féminité, de parjure, et, surtout, de lumière dans la longue nuit des hommes ?
Screen Shot 2016-05-10 at 7.27.31 PM
Né au Canada, installé à Brighton en Angleterre, Paul Harnden se tient soigneusement éloigné des médias et des projecteurs londoniens, depuis près de vingt-cinq ans. Secret, adulé par Galliano, suivi par les revendeurs et les amateurs les plus pointus, de Dover Street Market (Soho) à LECLAIREUR Paris en passant par Van Ravenstein à Amsterdam, Harnden, voué corps et âme à son art, poursuit inlassablement sa quête d’une esthétique brute et raffinée, radicalement artisanale, inspirée par les vêtements portés à l’époque de la Guerre Civile américaine, de la révolution pré-industrielle anglaise et par la culture amish.

Screen Shot 2016-05-10 at 5.08.41 PM

Screen Shot 2016-05-10 at 6.43.25 PM

Teintes orageuses, tweeds épais et lins rêches, cuirs frottés et fibres délaissées, les créations de Paul Harnden questionnent notre rapport au temps, aux matières, et à la pluralité de nos héritages.