JEAN-DANIEL LORIEUX – Sous le soleil exactement

LECLAIREUR Boissy d’Anglas accueille Jean-Daniel Lorieux pour une exposition singulière, du 24 Juin au 4 Juillet, réunissant des oeuvres originales exclusives — réalisées pour LECLAIREUR — et une rétrospective de ses images les plus célèbres.

Jean-Daniel Lorieux a marqué durablement le paysage de la photographie de mode. Dénicheur d’icônes, il invite sur le papier glacé la chaleur opulente d’un soleil de plomb, éveille les corps et libère les esprits. Les compositions, graphiques, touchent au pictural.

Sous son oeil, la féminité se dessine, fascinante par sa plastique, séduisante par son humour. Fastueux, élégant et sensuel ? Sous le regard de Lorieux, oui, le féminin est tout cela, et plus encore : espiègle, aussi, souriant, désinvolte et décalé.

Du toit de l’Hôtel Intercontinental à l’alcôve de la Rue Hérold, Jean Daniel Lorieux met en scène sa vision de la femme LECLAIREUR au fil de cinq clichés.

Et c’est sous le soleil exactement, celui d’un Paris enfin printanier, que nous avons pu nous entretenir avec lui.

1358
2016

LECLAIREUR x Jean-Daniel Lorieux

Jean-Daniel Lorieux découvre LECLAIREUR il y a… oh, bien 15 ans. « Ce sont des endroits qui me font rêver » avoue-t-il avec des inflexions tendres dans la voix. « Les sélections, toujours marginales, sont aussi pointues que les espaces eux-mêmes ! »

Le coup de foudre date de la fascination du photographe pour… une paire de chaussures repérée en vitrine. « Les chaussures présentées par LECLAIREUR me passionnent. Je passais régulièrement devant une paire de Stefano B, une marque italo-suédoise. J’ai craqué ! » Le Royal Monceau fascine aussi ce gentleman insolent et absolu, par son exemple de non-conformisme et d’élégance, deux thèmes qu’il aime à associer dans son travail. Lorieux raconte, en souriant, le plaisir qu’il a eu, plus tard, à rencontrer Martine et Armand Hadida. « J’ai eu la joie d’apprendre qu’ils aimaient mon travail. Lorsqu’ils m’ont fait part de leur envie d’exposer mes peintures et mes photographies, j’ai été ravi. Je m’en sens encore honoré aujourd’hui. »

Jean Daniel PORTRAIT R

Une série exclusive

Cette sélection de vêtements extra-ordinaires, Jean-Daniel Lorieux l’a envisagée en collaboration avec Martine Hadida : « Ce fut très amusant de chercher ensemble le mouvement d’une robe, l’objet surprenant, de choisir parmi toutes ces pièces très contemporaines. Je me promenais à Boissy d’Anglas, une pièce de Dries Van Noten dans les bras, quand mes yeux se sont posés sur cette splendide contrebasse ! J’ai immédiatement su que je voulais associer les deux. » Le photographe cultive en permanence le désir de relier la musique et l’image, de faire monter les notes haut, très haut, vers un ciel bleu, très bleu… Alors le photographe s’élève vers ce ciel, sur les indomptables et iconiques toits parisiens. Mais pas n’importe quel toit, celui de l’hôtel Intercontinental donnant sur l’Opéra Garnier, comme une évidence.

« Pour moi, la musique et la mode sont deux univers très liés, le berceau de ma famille n’est autre que l’Abbaye de Royaumont, devenue un centre culturel musical depuis les années 30. » C’est ce lien, très fort, entre la musique sacrée et lui, qui inspirera cette image, détournée avec l’humour et la joie de vivre qui le caractérisent. « Quand j’imagine une photographie, j’essaye de produire des photos de mode qui n’en sont pas. Alors je fais s’échapper des femmes par les fenêtres, ou je leur fais faire de la moto en robe du soir dans le salon où j’ai l’habitude de prendre mon café. Je trouve ça…. disjonctant. J’aime désaxer les situations. »

 

1) Katherina, fashion by Christian Dior, French Vogue, Ile Maurice, 1996
1996

9) Triffie, V de V, Isla Meralda, 1985
1985

Un regard ensoleillé vers le passé

Parmi les images choisies pour cette rétrospective, on retrouve avec plaisir celle, devenue mythique, de la femme au chapeau rayé : « Je l’ai composée pour Dior, c’est une des images phares de mon parcours – j’aime le corps humain, celui de la femme, le soleil, le ciel bleu et l’eau turquoise. De mes années en Algérie, difficiles, j’ai beaucoup appris. A 25 ans, il m’est apparu qu’il fallait voir le soleil et la joie en toutes choses. Là sont les fondements du bonheur. »

Des décennies de travail et de création ont permis à Jean-Daniel Lorieux de cultiver l’essentiel : « Je mets en scène mon soleil à moi : des femmes belles et saines, joyeuses. Quoi de mieux que de s’imaginer allongé sur le sable blanc, les pieds dans l’eau ? Aujourd’hui plus que jamais, nous avons besoin de rêver. »

Les photographies de Jean-Daniel Lorieux seront visibles et disponibles chez LECLAIREUR Boissy d’Anglas du 24 Juin au 4 Juillet.
Séries limitées à 8 tirages, signés par l’artiste.
Formats : 60 x 80, 80 x 120, 110 x 150, 120 x 80.