OSCAR DE LA RENTA – Les Enfants terribles

Chaque année, les robes Oscar de la Renta illuminent tapis rouges, cocktails et autres soirées habillées du gratin hollywoodien. Laura Kim et Fernando Garcia acceptent le défi de renouveler l’ADN de la maison.

Qui dit « Oscar de la Renta » réveille, spontanément, des images de robes de soirées sans concession, d’imprimés à la fois floraux et graphiques, d’élégance pleine d’audace. On entendrait presque le crépitement des flashs à l’entrée du Met Gala ou des Oscars. De Nancy Reagan à Selena Gomez et Sarah Jessica Parker, plus d’une icône s’est laissée séduire par les silhouettes féminines, élégantes et maitrisées de De la Renta, à la fois intemporelles et inter-générationnelles.

OSCAR DE LA RENTA LECLAIREUR

Né en République dominicaine, Oscar de la Renta fait un crochet rapide par Madrid, où il travaille pour Balenciaga, avant de poser ses valises à New York. Là, fort du soutien de Diana Vreeland et de celui de Jane Derby, plus opérationnel, il fonde sa marque en 1965. Vogue lui consacre sa couverture la même année. Une porte vers la gloire s’ouvre alors. Il l’emprunte et s’élèvera, dès lors, toujours plus haut, sans jamais se retourner.

OSCAR DE LA RENTA LECLAIREUR

OSCAR DE LA RENTA LECLAIREUR

Alors qu’Oscar de la Renta s’éteint en 2014, ses anciens collaborateurs, Laura Kim et Fernando Garcia, sont invités à ré-intégrer la maison. Partis pour se concentrer sur le lancement de leur propre marque, Monse, le duo accepte de prendre les rênes artistiques de la maison. Faisant d’une pierre deux coups, ils choisissent d’emblée de combiner les défilés Monse et Oscar de la Renta, mettant en lumière la dualité des deux maisons.

rtw39

Si leur label s’avère alors un manifeste de la jeunesse et de son audace, ils offrent chez Oscar de la Renta une réflexion en profondeur sur la mode classique. Infusée de tous les codes de la maison, la collection joue avec les bustiers, les fleurs imprimées ou brodées, des traînes drapées sur des pantalons, le tout lié par les couleurs vives comme en Espagne, chères à Oscar. Partout, le classicisme se réinvente, chaque coupe est précisément étudiée, chaque tissu choisi pour réfléchir la parfaite dose de lumière. Si quelques touches de bling enrichissent les tenues ici et là, les volumes, soignés, viennent parfaire une silhouette raffinée.

D’une – ou deux, ou quatre – main(s) de maître(s), le duo impressionne les stylistes du tout Hollywood. Miranda Kerr foule les marches du Met Gala en Mars dans une robe De la Renta Automne/Hiver 2017. Et, peu après elle, Emma Watson et Nicole Kidman lors d’avant-premières.

Devenez l’héroïne gracieuse de votre vie en Oscar de la Renta chez Leclaireur Boissy d’Anglas.