Gucci – Obsessionnel

Janvier 2015 : les podiums milanais sont pris d’assaut par des hommes chaussés de mocassins-pantoufles fourrés, portant blouses de soie et dentelle, et par des femmes emmitouflées dans des volants aux couleurs et aux motifs saisissants, les visages mangés par d’immenses lunettes. Alessandro Michele vient de présenter son premier show en tant que directeur de création pour Gucci. La surprise est totale ; l’engouement, immédiat ; la passion Gucci, obsessionnelle.

Depuis, Alessandro Michele a présenté 11 shows dont l’esthétique se révèle, à chaque fois, aussi unique que fantasque, et stimulante. Gucci, redevenu leader d’opinion, en a retrouvé aussi son rôle de précurseur, prenant des risques et invitant l’humour et le glamour à la même table. Car si le Luxe, depuis quelques années, a tendance à faire des choix majoritairement commerciaux, le romain de 44 ans, en revanche, ose tout : pantalons flare, volants, franges, broderies, tonalités extravagantes – rien n’est trop extrême pour Michele.

leclaireur-gucci-streetstyle-05

leclaireur-gucci-streetstyle-06

Sulfureuse dans son essence, la Maison Gucci a été le vivier d’une saga aussi sanglante qu’érotique. Après le triste événement, sur lequel on aura la décence de ne pas s’épancher, qui défraie la chronique en 1983, Tom Ford prend les rênes de la Maison, et passe la décennie suivante en maître très Porno Chic. Déployant les plus grands effets sur les podiums, ouvrant les mentalités – et les corsages de ses mannequins, Ford repousse les limites du politically correct. Raison pour laquelle, sans doute, lorsqu’elle prend la direction de la Création en 2005, Frida Giannini cherche une nouvelle forme de pouvoir pour la femme Gucci. Moins sexuelle, plus raffinée, elle se redécouvre, tout en couleurs vibrantes et tissus délicats.

leclaireur-gucci-streetstyle-01

Quid d’Alessandro Michele, alors? Subtilisé à Fendi par Tom Ford himself (en 2002), il aura passé 13 ans à évoluer au sein du studio de création de la Maison, avant d’en prendre la tête. Lorsqu’il présente sa première collection pour l’Homme Automne/Hiver 2015, il amorce aussi, de plein fouet, une révolution annonçant une nouvelle ère Gucci.

Jouant avec l’extravagance, les conventions, l’androgynie, et fort du passé de la Marque qu’il maîtrise parfaitement, Michele enfonce les portes pour la porter au-delà, plus loin, sur les terres d’une nouvelle esthétique, lui donnant une voix animée, flamboyante et élégante.

leclaireur-gucci-streetstyle-02

leclaireur-gucci-streetstyle-04

Gucci, à nouveau sous les projecteurs, et pour les meilleures raisons du monde, cette fois, reprend sa place aussi bien dans la rue que sur les tapis rouges, et joue l’omniprésence. De Florence Welch aux Grammy Awards à Carrey Mulligan aux British Indépendant Film Awards, de Jared Leto gucciesque au quotidien à Lady Gaga au Super Bowl, Gucci est partout. Welcome back.