Oscar+De+La+Renta+Oscar+De+La+Renta+Runway+3H18e-1Gy0el

Oscar de la Renta

Le romantisme latin

Oscar de la Renta nait en 1932 en République Dominicaine.
Son style très féminin, tout de robes en soie, en satin, colorées, fleuries, riches d’ornements, de broderies et d’influences hispaniques a conquis les coeurs des tapis rouges. De Nancy Reagan à Hillary Clinton, en passant par Emma Watson, Amy Adams et Sarah Jessica Parker, ses créations sont de tous les Met Galas, cérémonies, afterparties des Oscars, et autres Golden Globes.

La carrière d’Oscar de la Renta commence en 1951, lorsqu’il part étudier la peinture à Madrid. Il devient illustrateur pour la maison Balenciaga en 1957 avant de déménager à New York au début des années 60. Il crée là-bas une première collection couture, sous les conseils de Diana Vreeland, alors rédactrice en chef de Vogue. Il s’associe avec Jane Derby en 1965 pour fonder la maison Oscar de la Renta, dont le nom apparait la même année pour la toute première fois dans le célèbre magazine de mode. Dès lors, il va de succès en succès, avant de prendre la tête de Balmain en 1992 en tant que directeur artistique, poste qu’il occupera pendant près d’une décennie. A la tête de la célèbre maison française, le créateur reçoit la Légion d’honneur en 1999 et n’a de cesse d’enrichir l’offre de la maison, proposant en plus de lignes de prêt-à-porter et de robes de mariée, une ligne pour enfants, des produits de beauté ainsi qu’une ligne « home ».
Depuis la disparition du créateur en 2014, Laura Kim et Fernando Garcia, ses proches collaborateurs pendant des années, ont repris le flambeau à la tête de la Maison.

Pour l’Automne/Hiver 2017, Kim et Garcia présentent leur première collection à la direction artistique d’Oscar de la Renta, à peine quelques secondes après le défilé de leur propre marque – Monse.
Enveloppées dans l’essence même d’Oscar de la Renta, les mannequins flottent. Tout est là, des imprimés floraux aux tissus texturés. Les robes des princesse dévoilent une cheville moderne, ici et là une touche d’or crée le trouble. Partout, la quintessence de la féminité surgit, dans des couleurs vibrantes. La collection, comme une profonde réflexion sur l’ADN de la maison, est avivée par des bustiers graphiques, des pantalons et des manteaux aux coupes nettes, des cols et des traines asymétriques.