PORTRAIT Demna Gvasalia by Willy Vanderperre

Balenciaga

L’avant-garde toujours

Cristóbal Balenciaga crée la maison du même nom en 1917, alors qu’il n’a que 22 ans.
La Guerre civile, qui fait rage dans son pays natal, le force à s’expatrier. Il émigre d’abord à Londres, puis à Paris, où ses créations deviennent vite incontournables.
Il crée la ligne Tonneau en 1947, lance le tailleur semi-ajusté dans les années 50, période pendant laquelle il joue avec les coupes et expérimente les volumes. Le style est épuré, parfois austère, mais reflète toujours la grande maîtrise technique de celui que Christian Dior qualifiait de « notre maître à tous », tandis que Hubert de Givenchy disait de lui qu’il était « l’architecte de la grande couture ». Sa réputation le précède jusqu’à sa disparition en 1973, après quoi la maison Balenciaga connait une période de creux.
Josephus Thimister en devient directeur artistique en 1991 et en modernise l’image, avant d’être remplacé par Nicolas Ghesquière en 1997. Avec ses lignes plus modernes, le Français apporte une touche futuriste et redonne à la maison ses titres de noblesse. Alexander Wang le remplace en 2012, et revient aux fondamentaux avant d’être remplacé, en octobre 2015, par Demna Gvasalia.
Le jeune designer Géorgien, diplômé des Beaux Arts d’Anvers et ancien de chez Maison Margiela, apporte un certain sens de l’ironie et une touche d’irrévérence, caractéristiques de l’esprit du collectif Vêtements dont il est la figure de proue, tout en rendant hommage à l’histoire de la maison.

 

Balenciaga collection Automne/Hiver 2016

La femme Balenciaga par Gvasalia jongle entre populaire et extra luxe. Pour l’Automne/Hiver 2016, elle est à la fois héritière en doudoune sport oversize, bibliothécaire austère et fétichiste, ou vintage 70 munie d’énormes sacs cabas multicolores en cuir d’agneau.
Le designer réinvente la structure du corps : les manteaux se déstructurent, tenant comme des étoles opulentes sur les tombés des épaules, les dévoilant avec sensualité. Les tailleurs à carreaux se déclinent en volumes inattendus, hanches exagérées, épaules remontées. La sensualité ironique de ces femmes du monde – et de tous les jours – fait voler les codes de la maison en morceaux, pour mieux les mettre en valeur.

balenciaga-autumn-winter-2016-campaign-2 LECLAIREUR